Daniel CARRASCO

 Daniel carrasco portrait 2

Natif de Béziers (34), Daniel CARRASCO est devenu Bourguignon en 1970 de retour de Laghouat, au Sahara  Algérien, où il a effectué son service militaire en coopération.

Il est marié père de 4 enfants et grand-père de 3 petits enfants.

Aujourd’hui, il est retraité après avoir occupé diverses fonctions dans le champ de l’action sociale et médico-sociale.

Diplômé d’une maîtrise en sciences sociales et  Ingénierie gestion /management, il a occupé divers postes en action sociale (Centre Social,  Maison de l’enfance, CCAS Longvic, Attaché direction à la  CAF, et Directeur hospitalier à Auxerre.

Daniel CARRASCO est aussi  militant associatif. Il a à son actif, la création de l’association « Ressources » secteur d’insertion sociale et professionnelle, « APIC » auto-école à vocation sociale, «  IFTEM » Institut de formations  techniques et d’Emplois (métiers de la vigne).

Il a été Conseiller municipal à Nuits Saint Georges durant 19 ans.

 

Contacts

e-mail : dcarrasco@wanadoo.fr

 


Bibliographie

« La Bataille des Dardanelles, la guerre oubliée... » - Auto-édition - avril 2015  - 212 p - 20 €

Son premier ouvrage  « La bataille des Dardanelles, la guerre oubliée... » a été  publié en avril 2015 à l’occasion de son 100ème anniversaire (commémoration de la guerre 1914 /1918).

La bataille des dardanelles couv1   Couv 4 bis

Le livre, raconte  à partir du récit et de la correspondance du docteur Grillot (le grand-père de son épouse) comment cet humaniste, qui avait une foi inébranlable en la Patrie, en l’armée et en ses chefs…a vu sa vie basculer face à l’absurdité, la honte et l’horreur d’une guerre qui ne dit même pas son nom…


« « Lari » de la Barceloneta » - Editions Le Hérisson - Septembre 2016 - 196 pages - 19 €

 

Carrasco laridelabarcenoleta1  Carrasco laridelabarcenoleta2 1

Le récit extraordinaire du dernier maire républicain de Barcelone

Hilari Salvado’i Castell a été maire de Barcelone de  juillet 1937 à Janvier 1939. Ce militant socialiste et indépendantiste va gravir les échelons politiques de son Parti un à un, depuis le jour où il a perdu son père et ses quatre frères dans une grosse tempête en Méditerranée .Ce jour là,le jeune Hilari qui confectionnait habituellement les repas sur le bateau familial, va rester chez lui, alité par une rage de dents !Son destin va s’en trouver changé ….

Il va grandir avec une  fougue de vie et de fureur, propres à celles et ceux dont la  mission est d’indiquer le chemin. Parvenu aux responsabilités dans Barcelone, durant la guerre civile, il  va organiser et protéger la ville sous les bombardements par les fascistes Italiens et  Nazis qui feront près d’un millier de morts .Il va secourir les blessés. Il  accueillera  et approvisionnera de nombreux  réfugiés qui fuient la  guerre civile .Le maire de Barcelone va aussi sillonner toute l’Europe en  demandant  aux dirigeants des grandes capitales de venir à l’aide de son pays. En vain….

Devant l’avancée inéluctable des troupes nationalistes il va quitter sa ville et fuir à travers les Pyrénées. Il se réfugie avec Paquita sa compagne, dans le Sud de la  France. Il va sillonner le Languedoc de Carcassonne à Montpellier, de Valras à Béziers…. le couple se sait rechercher. Si les polices Franquistes, de Vichy  la gestapo les retrouvent, ils subiront le sort de Luis Compagnys  le Président de la Généralitat qui a été  fusillé dans les basses fosses de Montjuic !

Le couple se réfugie chez les parents de l’auteur qui les hébergeront deux années durant à Béziers…Hilari n’en est pas moins actif, il s’engage auprès des maquis du haut-Languedoc  avec les républicains espagnols ….

Après la guerre Hilari’ habitera Béziers jusqu’en 1960. Il retournera  vivre à Barcelone sous certaines conditions…. Ayant gardé ses attaches avec la cité Biterroise, il  y viendra régulièrement jusqu’au jour où son destin basculera à nouveau : il sera victime d’un grave accident de la route, et succombera des suites de cet accident. Etrangement, le véhicule qui l’a heurté était conduit par un  jeune Allemand….

Franco refusera d’annoncer sa mort d’Hilari ….mais les Catalans ne l’auront pas oublié. Comme un pied de nez fait aux franquistes, ils seront des milliers à ses obsèques et à  conduire sa dépouille au cimetière de Montjuic….

Aujourd’hui,80 ans après la guerre,50 ans après sa mort, les cicatrices sont toujours inscrites dans les lieux et les consciences. C’est pourquoi la ville de Barcelone a décidé en 2016 de célébrer sa mémoire en  commémorant le rôle que cet homme  a joué durant la guerre…. 

L’auteur a, quant à lui, souhaité s’associer à cet hommage en publiant ce livre. Il souligne ainsi que cette  histoire qui se donne à lire et à entendre, se situe encore aujourd’hui dans une hallucinante temporalité …

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×